Le Mot du DG Mr Conde Laye Moussa

Le Directeur Général de

l’Ecole Nationale d’Administration

 La modernisation de l’administration publique guinéenne passe par l’introduction et la promotion d’une culture managériale forte avec des mécanismes et des outils appropriés pour un succès des politiques et des programmes publics. 

Avec la rareté des ressources dans un contexte en perpétuel changement, le service public exige des compétences nouvelles et une rapidité d’intervention pour accompagner toutes les couches de la population.

 La majorité des pays de l’Afrique de l’Ouest a réussi à mettre en place des embryons d’écoles de formation en administration puis des Écoles nationales d’administration à la faveur de leur accession à l’indépendance.  Dès leur création, les Écoles nationales d’Administration étaient investies de la mission de formation des cadres des Administrations naissantes de ces pays. Soixante ans plus tard, ces pays peuvent se prévaloir d’une Administration historiquement ancrée et d’un État doté de fondements solides.

 La Guinée, qui a été le premier pays de l’Afrique de l’Ouest à avoir pris son indépendance en 1958, sur fond de rupture avec la France et d’isolement international, avait créé une Ecole Nationale d’Administration, mais l’avait supprimée quelque temps après pour des considérations politiques. Les régimes d’exception qui se sont succédé n’ont pas permis des avancées significatives sur le chemin de la création d’une ENA.

 La guinée vit une nouvelle ère, depuis le 21 décembre 2010, avec l’arrivée à la tête du pays du premier président démocratiquement élu de Guinée, le professeur Alpha Condé. L’une des priorités affirmées du nouveau régime est l’instauration d’une administration publique performante et efficace, capable de porter le défi de la reconstruction de la guinée dans tous ses secteurs d’action, le 14 février 2011, du Haut- Commissariat à la Réforme de l’Etat et à la Modernisation de l’Administration (HC-REMA), placé sous l’autorisation du Président de la République.

 La décision du gouvernement guinéen de mettre en place une ENA se veut une réponse au diagnostic de 2011 déplorant l’absence d’un « établissement supérieur de formation aux grands corps de l’État, tels que, par exemple, une École Nationale d’Administration. »

 Pour relever les défis liés à la reconstruction du pays, l’Etat guinéen a besoin de cadres compétents avec des attitudes managériales permettant de conduire des hommes et des femmes vers l’atteinte d’objectifs partagés, bien portés, conformes aux finalités poursuivies.

 Quel que soit l’environnement auquel on se réfère, c’est aujourd’hui une évidence d’admettre qu’une des conditions du développement d’un pays réside dans la qualité des ressources humaines disponibles.

 La qualité des ressources humaines est un facteur primordial dans la gestion des changements requis, dans l’harmonisation des moyens de l’Etat et dans la pérennité de l’Administration Guinéenne dans un contexte de changement. Tel est le sens de la création de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) de la République de Guinée.

 La mission principale de l’ENA est d’accompagner l’Etat dans la préparation des cadres techniquement outillés dans tous les domaines de management public pour conforter une gouvernance institutionnelle et juridique de qualité capable de porter la nation vers l’émergence ambitionnée par son Excellence Monsieur le Présidence de la République

 Nos remerciements vont à l’endroit de tous les partenaires le personnel de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA Guinée) qui travaille d’arrache-pied pour le rayonnement de notre institution.

A mes vœux de succès nos Etudiants, je renouvelle mes vœux de succès et les encourage à redoubler d’effort dans le travail.

 La mise à disposition de ce site n’est qu’une étape sur le long chemin qui nous mène vers le renouvellement de l’Administration.

 

Laye Moussa Condé

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 − 6 =